jeudi 16 janvier 2020

A quoi ressemblera 2049 ? un conversation avec Pascal Picq




https://www.nouvelobs.com/2049/20200116.OBS23554/a-quoi-ressemblera-2049-une-conversation-avec-pascal-picq.html


A l’occasion de la sortie en kiosques de notre numéro spécial, « l’Obs » vous convie au Grand-Palais le 30 janvier pour un dialogue avec le paléoanthropologue Pascal Picq.

C’est à travers un numéro exceptionnel et inédit de 148 pages que « l’Obs » vous propose d’explorer les scénarios du futur à travers les regards croisés des meilleurs experts...

Le climat, la mobilité, l’habitat, l’alimentation, la santé, le travail, l’éducation, l’amour... Autant de thèmes concrets abordés au travers de reportages de la rédaction, de portraits d’innovateurs, de points de vue éclairés d’experts comme l’économiste Jeremy Rifkin, le chef Thierry Marx, le patron Alexandre Bompard, la philosophe Vinciane Despret, l’entrepreneur Nicolas Colin... Sans oublier l’imagination des auteurs Riad Sattouf et Catherine Dufour.
Un numéro que vous pouvez d’or en cliquant ici.
es et déjà commander
A cette occasion, le paléoanthropologue et maîtres de conférences au Collège de France Pascal Picq, qui participe à ce numéro, interviendra lors d’une soirée spéciale au Grand-Palais le 30 janvier prochain,animée par Dominique Nora, directrice de la rédaction de « l’Obs ». Antoine Brachet, directeur de Bright Mirror Bluenove, introduira la soirée sur les concepts du futur.
La soirée sera suivie d’un cocktail.
Vous pouvez vous inscrire en remplissant le formulaire ci-dessous (attention, le nombre de places est limité) :



mercredi 8 janvier 2020

Voeux 2020 - Panthère des neiges


Le 4 janvier 1960, Albert Camus disparaissait dans un accident de voiture ...

Le 4 janvier 1960, la voiture à bord de laquelle se trouve Albert Camus s'écrase contre un platane, causant la mort du Prix Nobel de littérature sur le coup et celle de son éditeur, Michel Gallimard, des suites de ses blessures.
Nous sommes le lundi 4 janvier 1960. Albert Camus rentre à Paris dans la Facel Vega de Michel Gallimard, en compagnie de la femme et de la fille de ce dernier. Il vient de passer les fêtes de fin d'année en famille dans sa propriété de Lourmarin, dans le Vaucluse. Initialement, l'auteur de l'Étranger a prévu de rentrer en train, mais son éditeur lui propose d'effectuer le voyage dans sa voiture. Voyage qui leur sera, à tous deux, fatal.
Après l’accident, dans la voiture,  on retrouve le manuscrit inachevé du Premier homme. Ainsi qu'un billet de train.

Une œuvre d’une importance incontestable
À sa mort le monde des lettres salue l’écrivain. Ainsi François Mauriac -qui changea souvent d’opinion à son sujet- écrit dans Le Figaro du 16 janvier 1960: «Maintenant qu’il ne bouge plus, qu’il ne bougera plus jamais, il y a une première évidence à laquelle ses adversaires, ses ennemis (s’il en avait) doivent se rendre: c’est la place considérable qu’il occupait dans la pensée et dans le cœur de beaucoup de jeunes hommes.» Et poursuit: «Il n’y a pas à ergoter: il ne sert à rien de contester l’importance de son œuvre. Quelle qu’en soit la valeur, elle a été importante, vous le voyez bien. J’en connais que cela irrite parce qu’ils se doutent, s’ils ne se l’avouent pas, que leur propre mort ne causera pas un vide pareil à celui-là.»
Mais Camus traîne derrière lui la réputation d’être une personne hautaine. Une image bien loin de celle qu’en ont ses proches. Voici le portrait d’un de ces intimes, son dernier secrétaire (1957-1959) Jean-Claude Brisville -qui est aussi le premier à consacrer une étude sur Camus en 1957. Pour Le Figaro Littéraire il dépeint le nouveau Nobel de littérature, évoque «son goût du dépouillement, de la frugalité», son «indifférence à la propriété, la sécurité, à l’avenir». Sans oublier le danseur de cha-cha-cha qu’il est, le sportif familier des stades, le passionné de théâtre...

Source :  article paru dans le Figaro Littéraire en 1957

mardi 7 janvier 2020

maud Fontenoy - Interview dans le magazine ELLE - Décembre 2019




ELLE. D'où vient votre engagement écologique ?

Maud Fontenoy. J'ai passé mon enfance sur une goélette de 17 mètres, au large des Antilles. Je n'allais pas à l'école, mais j'ai appris l'essentiel : le respect de la nature. Croiser du plastique dans l'Antarctique ou traverser à la rame une nappe de pétrole ont été des électrochocs. En 2010, « Océans », le documentaire de Jacques Perrin, m'a aussi marquée : il montre à quel point la richesse du milieu marin est infinie et fascinante.

ELLE. Racontez-nous vos combats actuels ?
Maud Fontenoy.L'éducation est la clé du changement. Depuis quinze ans, je m'efforce de former notre jeunesse à ces enjeux majeurs en apportant de la connaissance. Car, quand on connaît mieux les choses, on apprend à les aimer et ensuite à les protéger. Les enfants sont conscients de l'urgence ! On se pose tous ces questions : « Que leur donner à manger ? Comment les soigner ? Quels produits appliquer sur la peau ? Quels vêtements acheter ? Quel transport privilégier ? » Je remarque que les femmes sont très au fait de ces problématiques.
ELLE. Qu'est-ce que cet engagement a changé dans votre vie de tous les jours ?
Maud Fontenoy. Depuis qu'en mer, pendant ma traversée à la rame de l'Atlantique Nord, j'ai dû boire mon urine pour survivre, je peux vous dire que je ne vois plus un robinet qui coule de la même manière ! L'eau est une ressource si précieuse. Et quand on sait que l'on boit aujourd'hui la même eau que les dinosaures, cela fait réfléchir. Le cycle de l'eau est tellement passionnant.




https://www.elle.fr/Societe/Interviews/L-interview-ocean-de-Maud-Fontenoy-3829699