samedi 26 novembre 2022

Le colloque 2022 organisé par The Land : un vrai succès !

 Le colloque de jeudi dernier 24 novembre a été un vrai succès ! Je le mesure à la qualité des débats, à l’intérêt porté par l’auditoire présent sur site, au retour que j’ai pu avoir depuis lors de ceux qui nous suivaient en ligne… Sur un thème qui est aujourd’hui au cœur de rencontres diverses et variées, de contributions expertes, de différentes productions écrites ou audiovisuelles, nous avons pu apporter un éclairage nouveau. Cette réussite est votre réussite, grand merci à chacun d’entre vous !

Continuons à renouveler la prospective sur la ruralité et sur les sujets qui lui sont connexes…

Merci à ceux qui ont su mettre en lumière votre talent au travers la production et l’animation de l’événement : Label production, Ouest France, API

Merci aux partenaires que sont la Banque des territoires, la Région Bretagne, TVR

Par ailleurs pour votre information et pour diffusion, sachez que l’événement reste en ligne sur notre chaîne youtube. A consommer sans modération…

https://www.youtube.com/@terredavenir9932/streams

Et je vous tiendrai bien sûr informé de la date prochaine de diffusion sur TVR

Au plaisir de vous revoir très vite !

Jean-Marc Esnault

Directeur général de The Land


jeudi 24 novembre 2022

24 novembre 2022 : 3 conférenciers Sense Agency au colloque du Campus The Land


 Aujourd'hui, 3 conférenciers participaient au colloque du Campus The Land  sur les thématiques suivantes :


Comment retisser des liens entre les villes et les campagnes en pariant sur la jeunesse des territoires ? 

Par Salomé Berlioux


Réindustrialiser les territoires : les défis de la transformation numérique et environnementale

Par Anaïs Voy-Gillis


Dans l’évolution humaine, l’innovation s’est toujours faite à la périphérie

Par Pascal Picq

De gauche à droite : Jean-Michel Dardour, fondateur de Sense Agency, Salomé Berlioux, Anaïs Voy-Gillis, Pascal Picq, Jean-Marc Esnault, DG de The Land


mardi 22 novembre 2022

22 novembre 2022 : Conférence de Julia de Funes chez Axiome

Sens et confiance dans les organisations en période d’incertitude. C’est le thème traité par Julia de Funès, conférencière SENSE AGENCY chez Axione dans le cadre d’un cycle dédié aux Talents de l’entreprise.

Nietzsche, Aristote et Montaigne n’ont jamais été aussi modernes !

Pour être acteur il faut répondre à la question du sens. 



lundi 21 novembre 2022

3 conférenciers au colloque organisé par le campus The Land

Le Campus The Land, dédié à la ruralité, organise jeudi 24 novembre, sa 2ème édition de son colloque annuel sur le thème "comment relocaliser dans les Zones rurales?"

Parmi les invités, 3 conférenciers Sense Agency qui interviendront sur les thèmes suivants :

Salomé Berlioux : Comment retisser des liens entre les villes et les campagnes en pariant sur la jeunesse des territoires ? 

Pascal Picq : Dans l’évolution humaine, l’innovation s’est toujours faite à la périphérie

Anaïs Voy-Gillis : Réindustrialiser les territoires : les défi de la transformation numérique et environnementale

https://www.the-land.bzh/2022/11/04/le-colloque-2022/



lundi 14 novembre 2022

14 novembre 2022 : Julia de Funes "Le siècle des égarés"

 Julia de Funès, conférencière Sense Agency publie aux Editions de l'Observatoire "Le siècle des égarés".





vendredi 28 octobre 2022

27 octobre 2022 : conférence Hubert Védrine pour le Club-44

 

Une mondialisation fragmentée dont l’Europe et plus généralement l’Occident ne seraient finalement qu’une parenthèse ? 

C’est une thèse passionnante qui a été développée au Club 44 de la Chaux de Fonds en Suisse par Hubert VEDRINE conférencier SENSE AGENCY 

Magistral !







mardi 25 octobre 2022

24 octobre 2022 : interview de Pascal Picq dans le Dauphiné Libéré

 Comment être un bon patron : 

" Ne vous inquiétez pas, 

les chimpanzés ont la solution !"



Télétravail, place de la femme… : que peuvent nous apprendre les crânes de nos ancêtres sur les cerveaux des responsables des ressources humaines d’aujourd’hui ? 

Pascal Picq, paléoanthropologue de renom, est à Annemasse ce mercredi au Forum RH pour parler “révolution du travail” avant d’introduire les Assises du Travail à Paris au milieu de ministres.

Que vient faire un paléoanthropologue au milieu d’un forum RH ? 

« La même chose que je vais faire à Paris en introduisant les premières Assises du travail le 20 octobre. On a beaucoup à apprendre de la diversité des sociétés humaines et des singes et grands singes d’aujourd’hui. La France est un pays napoléonien, qui aime l’autorité, le contrôle, les petits chefs, qui est sur la défiance, qui ne fait pas confiance, alors que les pays anglo-saxons, sur les ressources humaines en tout cas, sont n e t t eme n t meilleurs. Récemment, devant un groupe de grands DRH, je parlais des harems et comme n t c e l a fonctionnait dans les espèces de babouins. Avec différents exemples et le lien avec la structure, le schéma d’organisation de leurs entreprises. Au final, ce qui compte aujourd’hui, c’est de jouer sur la réorganisation et non la restructuration. Ce sont les entreprises qui Ce sont les entreprises qui sont venues à moi il y a 30 ans. Elles s’interrogeaient sur leur stratégie d’innovation, sur l’adaptation. Et cela fait quatre milliards d’années que la vie innove. Les ressources humaines parlent du sens et de l’humain, cela s’appelle de l’anthropologie. On préfère écouter les psys ou les philosophes parfois bidons au lieu d’écouter des anthropologues mais, heureusement, c’est en train de changer. »

Vous avez écrit Les Chimpanzés et le télétravail. À l’heure où certains accords se négocient encore, notamment dans les zones frontalières, comme en Haute-Savoie, quels conseils donnez-vous ? 

« Avec la pandémie et le télétravail plus ou moins forcé, on entendait des médias, des dirigeants, des DRH, surtout en France d’ailleurs, sur le fait qu’ils avaient beaucoup de craintes. La crainte de la perte de cohérence des équipes, qu’elles n’arriveraient pas à régler des problèmes complexes, qu’il serait difficile d’innover, de mobiliser les collaborateurs et collaboratrices… : tout ceci correspondait à des inquiétudes légitimes. Ma réponse est celle-ci : “Ne vous inquiétez pas, les chimpanzés ont la solution !” Ils vivent dans une société dite de “fusion scission”. Certaines activités font se réunir les individus pour des interactions sociales à très haute valeur émotionnelle, ludique, affective et même politique. Ce sont les périodes de fusion. Puis, il y a des périodes où ils se séparent sur le territoire, pour aller chercher de la nourriture, se balader, etc. Les chimpanzés ont des structures qui leur permettent d’exploiter très intelligemment les ressources, tout en ayant leurs activités sociales extrêmement complexes et en ma int e nant leur cohésion, leur unité sociale. Alors je dis ceci aux DRH : faites la part de choses entre celles qui nécessitent d’être en fusion et les autres qui peuvent se faire à distance. C’est un changement total de la culture d’entreprise car il y a deux façons de l’aborder. La première, à la française, avec cette manie de présentéisme et en mettant les gens en télétravail sur des tâches qui finalement ne changent rien. L’autre façon de faire est plus complexe car elle va intégrer une nouvelle forme de bureau qui implique des visioconférences, des réunions in situ à très haute valeur en termes de tâches, de créativité, d’innovation. Il y a dix ans, on retrouvait déjà ces problématiques avec le déploiement des robots collaboratifs, l’intelligence artificielle. Tout ceci va exiger des transformations absolument considérables du management et des ressources humaines. Et pour l’instant le management intermédiaire (les courroies de transmission entre la direction et l’exécution des tâches : RH, managers, etc.) n’est pas préparé. Mais il y a une telle demande forte des collaborateurs, qu’il va falloir que tout le monde change. » 

Que nous apprennent les cerveaux de nos ancêtres sur le monde d’aujourd’hui ? 

« Vous allez avoir un choc : nos ancêtres avaient un plus gros cerveau que les nôtres ! Et surtout, il y avait plus d’activités qui étaient partagées par les hommes et les femmes. Il y a toute une représentation complètement conne (sic) de la préhistoire qui met les hommes à la chasse et les femmes à la grotte. C’est faux ! Voilà ce que cela peut nous apprendre : à chaque fois qu’on tombait sur une tombe de 30, 40 000 ans, voire 100 000 ans, dès que c’était un squelette costaud avec des armes, c’était un homme. On s’est complètement planté !

Les squelettes des femmes de l’époque, je peux vous dire que ce n’était pas ceux d’aujourd’hui. Ce que ça nous apprend, c’est qu’il faut arrêter les discriminations contre les femmes au travail. Ce que nous enseigne l’anthropologie, la préhistoire, c’est que la division des tâches genrées c’est aberrant et cela ne vient pas de la préhistoire mais des dérives de notre modernité machiste. »


Propos recueillis par Adélaïde SCHUTZ

pascalpicq.com



mercredi 12 octobre 2022

11 octobre 2022 : interview de Luc Ferry par Jean-Michel Dardour, Fondateur de Sense Agency

 Philosophe et écrivain, ministre de l’Education nationale de 2002 à 2004, Luc Ferry, conférencier Sense Agency, est interviewé par Jean-Michel Dardour, fondateur de Sense Agency.

Bonjour Luc Ferry,

JMD : Cette année, vous nous proposez des sujets extrêmement actuels, la 3e révolution industrielle, les 7 écologies, la révolution de la longévité, entre autres. Faut il avoir peur de la révolution transhumaniste qui est inexorablement en marche et comment cette 3e Révolution industrielle, celle des NBIC, de l’intelligence artificielle va t-elle changer nos vies ?

LF : Dès qu’on évoque le mot « transhumanisme », la loi de Godwin tend à s’appliquer de manière quasi-automatique. De bonnes âmes, dans les gauches anticapitalistes comme dans les droites illibérales, hurlent à l’eugénisme, pour ne pas dire à l’hitlérisme, fantasmant ce qu’aurait de néo-libéral ou d’antireligieux, donc, disons le mot, de « diabolique », le projet d’augmenter la longévité humaine. Que ce projet suscite des interrogations est légitime et mérite qu’on s’y arrête. Les sagesses anciennes, stoïcisme et bouddhisme notamment, sont a priori hostiles à tout ce qui pourrait modifier la logique de la  nature et des âges de la vie, la spiritualité laïque des Modernes étant au contraire favorable à la lutte contre le vieillissement. Il vaut donc mieux comprendre de quoi il retourne vraiment avant de céder aux réflexes pavloviens qui prévalent en général sur ce sujet, et pour y parvenir, il est préférable d’écarter les caricatures simplistes. J’avais dans mon livre, La Révolution Transhumanisme, déjà proposé un type-idéal du transhumanisme en précisant notamment ce qui le distingue des fantasmes posthumanistes selon lesquels nous pourrions un jour parvenir à l’immortalité, télécharger notre mémoire et notre personnalité sur une espèce de clef USB, fabriquer un cerveau composé de neurones artificiels engendrant une véritable conscience soi, voire une nouvelle entité non biologique douée de pensée et d’émotions humaines -  autant aberrations  qui ne relèvent pas du transhumanisme, mais de ce qu’on devrait décrire plutôt comme un « posthumanisme », une déviation fantasmatique à mon sens sans grand intérêt par rapport au projet de fond qu’elle tend à occulter. Pour le définir, je retiendrai trois idées fondamentales : 

1) Compléter la médecine thérapeutique par une médecine augmentative ou « méliorative ». 

2) Augmenter la longévité en bonne santé, lutter contre le vieillissement, voire en inverser certains aspects pour retarder la mort et donner à l’humanité la possibilité d’être le cas échéant moins bête, moins inculte et moins sauvage qu’elle ne le fut au XXème siècle encore. 

3) Compléter la lutte contre les inégalités économiques et sociales par la lutte contre les inégalités naturelles. 

On dira qu’il s’agit d’eugénisme, et les bonnes âmes de pousser à nouveau des cris d’épouvante devant le mot tabou. En l’occurrence, il ne s’agit pourtant que d’améliorer le sort d’humains moins bien lotis au départ que d’autres en passant « de la chance au choix » (from chance to choice), en clair : de passer de la très injuste et hasardeuse loterie naturelle au libre choix de la modifier par la volonté humaine. Le projet transhumaniste se situe donc à l’exact opposé de l’eugénisme exterminateur des siècles passés : il n’est nullement question d’éliminer les plus faibles, mais au contraire de réparer les injustices qui nous sont infligées par une nature dont la principale caractéristique, en dehors de son caractère profondément inégalitaire, réside dans une indifférence totale à tout ce qui nous touche et nous affecte.


JMD : Nous sortons d’une crise sanitaire qui a succédé à une crise sociale ( Gilets jaunes ), et nous vivons une crise environnementale, une crise démocratique ( entre 50% et 65% des français ne vont plus voter, 43% des jeunes ont voté pour des partis extrémistes ) 

Parallèlement à ces crises, nous sommes à une période charnière de rupture profonde. La modernité, c’était un progrès croissant, la raison, l’individualité : Aujourd’hui sont remis en cause tous les grands modèles économiques, financiers, environnementaux, idéologiques, politiques, qui sont à réinventer.

Que pouvons-nous apporter à cette reconstruction ? A cet immense défi ? Que pouvons nous proposer ? Que faire face à cette révolution numérique, face à cette rupture temporelle , cette accélération démographique ? ( il y a 10.000 ans nous étions 10 Millions d’habitants sur la terre, dans 20 ans nous serons peut-être10 milliards, que faire face à l’accélération technologique, l’accélération financière ? ( la valeur boursière de RBnB ( une société qui a 8 ans ) est supérieure à celle de Marriott + Hyatt ( Qui existent depuis 40 ans ), celle de Apple vient de dépasser le PIB de la France ( 3000 Milliards de dollars contre 2917 Milliards de Dollars )

LF : Il faut pour se rassurer lire le récent ouvrage de deux auteurs canadiens, John Ibbitson et Darrel Bricker (« Planète vide », Les Arènes, 2020) qui démontrent en s’appuyant sur les recherches les plus récentes en matière de démographie, le caractère inexorable de la décrue de la population mondiale.  Selon leurs conclusions, elle ne devrait jamais dépasser les 8,5 milliards d’individus, à peine plus que son montant actuel, avant de redescendre vers les 5 ou 6 milliards. Comme cette prévision contredit tout ce que nous disent les écologistes depuis un demi-siècle, il est bon d’étudier de près leurs arguments avant de se faire une opinion. Selon leur étude, la stabilisation, puis la baisse de la population seraient liées à trois lames de fond planétaires : l’urbanisation qui fait bondir le coût du logement et de l’éducation des enfants, l’affaissement du pouvoir des religions un peu partout dans le monde malgré l’entrée en résistance de l’islam (une réaction qui en est du reste la conséquence), mais plus encore l’émancipation des femmes : « Plus une société s’urbanise, plus les femmes ont le contrôle de leur corps, moins elles choisissent d’avoir beaucoup d’enfants. Dans la majorité des pays occidentaux, comme aux États-Unis et au Canada, 80% de la population vivent aujourd’hui dans des villes où les femmes bénéficient d’une maîtrise presque totale de la procréation ». On objectera aussitôt que ce qui vaut pour les occidentaux n’est pas vrai pour le reste de la planète. Pourtant, comme le montrent nos deux auteurs faits et arguments à l’appui, « la baisse de la fécondité n’est pas réservée aux seuls pays développés. L’urbanisation et l’autonomisation des femmes sont des phénomènes mondiaux. Nous savons que la Chine et l’Inde sont au seuil de remplacement ou même en dessous. C’est aussi le cas d’autres nations émergentes : le Brésil (1,8), le Mexique (2,3), la Malaisie (2,1), la Thaïlande (1,5) ». Certes, les taux de natalité sont encore très élevés en Afrique et dans certaines parties du monde arabo-musulman, mais la tendance générale n’en est pas moins à la baisse. Jorgen Randers, un des scientifiques co-auteurs du fameux rapports Meadows qui, en 1972, alertait sur les dangers d’une surpopulation qu’il jugeait inéluctable, avoue avoir changé d’avis et rejoindre désormais le même point de vue que nos deux canadiens : « La population mondiale n’atteindra jamais 9 milliards assure t il aujourd’hui. Elle culminera à 8 milliards en 2040 puis commencera à baisser ». Dans le même esprit, un rapport de la deutsche Bank publié déjà en 2013 prévoyait un pic de 8,7 milliards en 2055, puis une baisse à 8 milliards à la fin du siècle. L’ONU elle-même, sous l’influence de ces recherches, revoit ses prévisions à la baisse. La vérité, c’est que, par peur, à moins que ce ne soit par intérêt, nous refusons de voir que, dans 100 ans, le monde n’aura plus grand-chose de commun avec celui que nous connaissons. Dans un entretien accordé au « Point » en juillet 2020, Michael Shellenberger, l’un des fondateurs du courant écomoderniste, pointe le fait que les partisans de la décroissance n’ont aucun intérêt à se réjouir publiquement d’aucune bonne nouvelle, qu’il s’agisse de la baisse de la population mondiale ou, a fortiori, du nucléaire : « Ils font très attention de ne jamais crier victoire, même quand leur cause avance. De là leur malaise vis-à-vis de l’énergie nucléaire et plus généralement de la baisse des émissions de CO2 dans les pays développés depuis plusieurs décennies. Je dois vous avouer que cette question m’obsède depuis longtemps : si on a peur du changement climatique, pourquoi refuser la solution de l’énergie nucléaire ? Eh bien parce que cela réglerait le problème et qu’ils ne veulent justement pas régler le problème ! ». Même chose, bien évidemment, avec la surpopulation. Déconstruire les prévisions catastrophistes, c’est selon eux prendre le risque de rassurer, donc de démobiliser. C’est se rendre complice du capitalisme assassin, voire de ces adultes que Greta Thunberg accuse de vouloir laisser aux jeunes un monde digne de films apocalyptiques comme le « Soleil vert ». Avoir des doutes sur l’imminence du désastre, c’est aux yeux des décroissants être dans le déni, c’est être un négationniste, autrement dit, de proche en proche, si on suit le fil des insinuations, ne pas valoir mieux qu’un nazi. Où l’on comprend pourquoi, sur ces sujets que les passions politico-idéologiques ont rendus pour ainsi dire « radioactifs », un dialogue rationnel et argumenté devient difficile, pour ne pas dire impossible…


JMD : Il y a 10 ans, je vous interviewais déjà sur la mise en place par le Ministre Vincent Peillon d’une morale laïque à l’école. Ce même Vincent Peillon, auteur d’une biographie de Ferdinand Buisson, Prix Nobel de la Paix l’un des créateurs de la Ligue de l’Enseignement, avec les frères Leon Gambetta et Léon Bourgeois qui firent partie des grands fondateurs de la Loi de laïcité de 1905, de séparation des églises et de l’Etat. Aujourd’hui  la ligue de l’Enseignement  vient de se voir retirer les subventions de la Région Ile de France après un concours d’éloquence dans lequel 7 candidats sur 9 ont tenu des propos anti laïques. N’est ce pas quelque part une défaite des humanistes ? N’y a-t-il pas une grande reconstruction éthique à mettre en œuvre ?

LF : Le vrai problème est lié à mon sens au fait qu’une grande partie de la   « gauche morale » a abandonné ses idées, à commencer par l’universalisme et la laïcité, une gauche qui à renoncé à tout ce que pouvaient symboliser les noms de Jean-Pierre Chevènement ou d’Elisabeth Badinter, disons une certaine conception de l’idée républicaine et  un certain goût de la liberté, une gauche qui a abandonné le peuple, le vrai, celui de la classe ouvrière, au profit d’ idéologies venues d’Amérique telles que l’écoféminisme, le décolonialisme, le wokisme et la théorie critique de la race. La gauche républicaine et social démocrate est presque morte, comme le démontre hélas pour elle, mais aussi pour la noblesse et l’intérêt du débat démocratique, son effondrement dans les dernières élections présidentielles. Au lieu de se remettre en question, de s’interroger sur les raisons pour lesquelles l’extrême droite atteint des sommets et devient le premier parti d’opposition au parlement, mais aussi de se demander pourquoi l’électorat ouvrier est parti massivement chez elle, la « gauche woke », en général associée à l’islamogauchisme, persévère dans la stigmatisation de ceux qui défendent la laïcité républicaine au nom de ses pesantes et prétentieuses leçons de morale. Il n’est pas normal que la droite se retrouve aujourd’hui quasiment seule à défendre l’universalisme républicain et la laïcité contre une extrême gauche devenue un parti de bobos alors qu’historiquement, ces idées venaient de la gauche… 

JMD : Les réseaux sociaux diffusent à flux continus les croyances de tout le monde ou chacun crie le plus fort possible en essayant de détruire la croyance de l’autre. L’antique agora des échanges fraternels est devenue une arena violente ou on étrangle toute nuance et tout compromis. Au lieu d’un ordre en construction permanente y règne un chaos sans fin.  Dans le monde des réseaux, moins on sait plus on affirme, et plus on est visible. L’émotion, l’instinct, les passions, l’outrance, la confrontation, l’emportent sur la raison, le recul, la pondération, la connaissance.

Parallèlement nous assistons à l’accélération exponentielle de la connaissance : tous les 2 jours, on produit plus de data ( de données ) que l’humanité en a produites en 2 millions d’années. Il faudrait que nous arrivions à nous servir de cette technologie pour en faire un principe d’émancipation, une intelligence collective. Mais comment faire émerger une effusion de petites consciences ?

LF : Avec les réseaux sociaux, n’importe quel individu, connu ou inconnu, dissimulé ou non derrière un pseudonyme, peut devenir n’importe quand et de n’importe où une « source d’information ». On est là aux antipodes de ce qu’on appelle dans la presse une « signature », un nom prestigieux figurant au bas d’un article qui garantit, sinon la véracité de ce qui est écrit, du moins la responsabilité de celui qui écrit, une responsabilité elle-même adossée à une notoriété suffisante pour qu’on sache à qui on a affaire. Or les réseaux sociaux deviennent la principale source d’information (si on peut encore utiliser ce terme...) pour un nombre sans cesse croissant de nos concitoyens.  50 % des Américains avouent ne s’informer que par Facebook et Tweeter, la presse traditionnelle, avec ses défauts mais aussi ses qualités incomparables, étant dès lors en grande difficulté. Sur les réseaux sociaux, contrairement à ce qui a lieu dans les journaux, la désinformation et le mensonge ne peuvent pratiquement pas être poursuivis, la diffamation et la haine y étant devenu la règle sans qu’il soit techniquement possible d’y remédier, d’obtenir même un droit de réponse, les patrons de ces réseaux les considérant eux-mêmes comme de simples « tuyaux » neutres dont ils n’ont pas à assumer la responsabilité des contenus. Ajoutons que les algorithmes qui structurent les moteurs de recherche tendent à enfermer les utilisateurs dans leurs convictions en fonction des pages qu’ils consultent. On les cantonne ainsi dans ce qu’on appelle des « bulles de filtres » qui les renvoient à leurs habitudes intellectuelles ou consuméristes, habitudes dont on déduit leurs goûts et leurs valeurs afin de leur envoyer les contenus qui leur  plairont. Pas étonnant dans ces conditions que l’esprit critique s’estompe au profit d’un renforcement des préjugés de chaque internaute. L’insulte et l’injure tendent sans cesse davantage à remplacer la discussion argumentée. Pire encore, Google s’est rendu compte qu’il tirait beaucoup plus de profit des propos complotistes, racistes ou antisémites qui font le buzz, que des contenus raisonnables, vérifiés ou modérés. Google affecte de déplorer cette situation mais continue à défendre le principe de non intervention, la vérité étant qu’il y gagne en monnaie sonnante et trébuchante. Le patron de Facebook, Mark Zuckerberg, s’est bien engagé à mettre en place des systèmes anti-fakenews et à priver de publicité les sites les plus malfaisants, mais ces dispositifs relèvent davantage de la « com » que d’un efficacité réelle. Peut on contrer par la loi ces débordements insensés ? C’est ce qu’essaie de faire le Digital Service Act récemment adopté par l’UE. Je pense qu’il serait plus judicieux et plus efficace d’accepter enfin de lever l’anonymat sur les réseaux afin de responsabiliser ceux qui y interviennent. Cela obligerait chacun à assumer enfin ses propos ce qui changerait considérablement la donne…  


JMD : Vous venez de ressortir votre livre « la sagesse des modernes » sous forme de dialogue stimulant avec André Comte -Sponville, il y a plus de 20 ans et tous les sujets traités, ( la spiritualité laïque, le sacré, la liberté, la transcendance , la neurobiologie, la quête de sens…) sont toujours d’actualité ! La question de la spiritualité est-elle encore aujourd’hui celle du sens de la vie ? 

LF : Une spiritualité peut elle vraiment être « laïque » ? Toute spiritualité n’est elle pas en quelque façon religieuse et n’est ce pas jouer sur les mots que de vouloir présenter la philosophie comme une « spiritualité laïque » ? Et si ce n’est pas une formule creuse, que signifie réellement cette expression étrange, pour ne pas dire à première vue  contradictoire ? Pour le comprendre, il est nécessaire d’opérer une distinction à mes yeux cruciale, peut-être bien la plus cruciale entre toutes d’un point de vue philosophique, une distinction hélas le plus souvent occultée dans le débat public : il faut en effet éviter de confondre deux sphères de valeurs fort différentes entre elles, deux sphères de valeurs par rapport auxquelles nos vies s’orientent en permanence : les valeurs morales d’un côté, les valeurs spirituelles de l’autre.  Voyons cela d’un peu plus près.

La morale, en quelque sens qu’on l’entende, c’est le respect de l’autre, disons les droits de l’homme, auxquels on ajoutera la bienveillance, la générosité ou si l’on veut parler comme dans les familles, la gentillesse. Se conduire moralement, c’est respecter autrui et lui vouloir, si possible activement, du bien. Je ne connais aucune morale  qui dise le contraire. Que ce soit celle de Socrate, de Jésus, de Bouddha ou de Kant, toutes nous invitent au respect de l’autre,  à  la compassion et au rejet de la violence. Imaginons un instant que nous disposions d’une baguette magique qui nous permettrait de faire en sorte que d’un seul coup d’un seul,  tous les humains se conduisent moralement les uns vis à vis des autres. Si nous appliquions parfaitement les valeurs morales, il n’y aurait plus sur cette planète, ni massacres, ni viols, ni vols, ni meurtres, ni injustices ni probablement même d’inégalités sociales très grandes. Ce serait une révolution. Et pourtant,  - et c’est là qu’apparaît au grand jour la différence entre valeurs morales et valeurs spirituelles -   cela ne nous empêcherait ni de vieillir, ni de mourir, ni de perdre un être cher,  ni même d’être le cas échéant malheureux en amour ou, tout simplement, de nous ennuyer au fil d’une vie quotidienne engluée dans la banalité.  Car ces questions – celle des âges de la vie, du deuil, de l’amour ou de l’ennui – ne sont pas essentiellement morales. Vous pourriez vivre comme un saint(e),  être gentils comme des anges, respecter  et aider autrui à merveille, appliquer les droits de l’homme comme personne…et vieillir, et mourir, et souffrir. Car ces réalités, comme dit Pascal,  sont d’un autre ordre,  qui relève de   la  « spiritualité » entendue au sens de la vie de l’esprit,  laquelle ne se  limite pas au religieux et  va bien au delà de la morale. De quoi s’occupe t elle ? De notre rapport à la mort ou, c’est en vérité tout un, de la question de la vie bonne pour les mortels. Or, de ce point de vue, il  est parfaitement évident qu’il existe deux types de  spiritualités, deux manières d’aborder la question de la sagesse et de la vie bonne pour ceux qui vont mourir et qui le savent, c’est à dire nous : des spiritualités avec dieux et par la foi, ce sont les religions ; et des spiritualités sans Dieu et par les voies de la simple raison, et  ce sont les grandes philosophies qui indéniablement, de Platon jusqu’à nous, se sont occupées de cette question ultime sans passer par Dieu ni par la foi.   

Merci Luc Ferry !


Jean-Michel Dardour

Fondateur de la plateforme de conférenciers

Sense Agency














mardi 11 octobre 2022

Isabelle Autissier, Erik Orsenna, Jean-Louis Etienne, parrain du Festival "Mémoires de la mer"

 Le Festival des Mémoires de la Mer 2022 

Une édition dédiée à « La tempête », compagne inséparable de l’univers des marins et de l’imaginaire de la mer : trois jours de rencontres, débats, lectures, films, musiques. 

Des parrains prestigieux :
 Isabelle Autissier, Erik Orsenna, Jean-Louis Etienne 


Six rencontres-débats pour confronter les regards sur la tempête :

.


Anaïs Voy-Gillis au Sommet de l'Aéronautique et Spatial de Bordeaux

11 octobre 2022 : en direct du Sommet Aéronautique et spatial de Bordeaux, Anaïs Voy-Gillis , conférencière SENSE AGENCY évoque la re-industrialisation française dans laquelle les territoires auront un rôle déterminant .

Il y a aussi un besoin de simplification dans la politique industrielle française sur le plan national par rapport aux régions. 



mercredi 5 octobre 2022

Philippe Gabilliet publie "Eloge de l'inattendu"

5 octobre 2022 : Après le succès de « Éloge de l’optimisme » et « Éloge de la chance », Philippe Gabilliet, co-fondateur et vice-président de la Ligue des Optimistes de France, publie un nouvel ouvrage de prospective teinté d’optimisme : « Éloge de l’inattendu ; l’art de se laisser surprendre ».

En voici le prologue.

« Tout le bonheur du monde est dans l’inattendu. »  Jean d’Ormesson


La seule certitude que l’on puisse avoir sur nos lendemains, c’est qu’ils seront toujours plus surprenants que ce que nous avions prévu. Il en a toujours été ainsi depuis la nuit des temps. Nous aurons beau tenter de deviner, prophétiser, prédire, anticiper, planifier, etc., l’inattendu sera toujours au rendez-vous. Cet inattendu sera parfois douloureux, voire tragique, porteur d’épreuves à venir et de promesses d’adversité. Il est aussi vrai que ce même inattendu se révélera souvent providentiel, prenant la forme de coups de chance et d’opportunités inespérées. Mais dans tous les cas, la surprise sera au rendez-vous de cet univers qui nous fascine tant et que l’on appelle l’avenir. 




jeudi 29 septembre 2022

Gilles Babinet : éducation, talents et culture digitale

 29 septembre 2022 : Au moment où ce pays met en place un plan pour former 400 000 experts du numérique et où la réforme du système éducatif revient comme une préoccupation centrale, ce billet souhaite revenir sur deux sujets d’importance.

 

L’enjeu de l’éducation

A l’occasion de la journée mondiale des enseignants, l'association SynLab vous donne rendez-vous mercredi 5 octobre 2022 à 18h30 au lycée Pierre Gilles de Gennes dans le 13ème arrondissement Paris.


Cette soirée sera l’occasion de revenir sur les 10 ans passés au service d’une école plus juste et épanouissante, mais aussi d’explorer les futurs possibles et souhaitables de l’éducation grâce au regard de grands témoins: Cynthia Fleury, philosophe, Eric Charbonnier, économiste à l'OCDE et François Dubet, sociologue. L’évènement sera animé par le journaliste Emmanuel Davidenkoff (Le Monde).

Laurent Jalabert : réflexion sur le management

 Réflexion sur le management avec LOR (Leaders, Opérateurs, Ralentisseurs)



Dans cet article, Laurent Jalabert nous propose une histoire de de défricheurs, de laboureurs, de plan- teurs, de cueilleurs, de ramasseurs et de pilleurs. 

Dans la seconde partie, j’ai juste remplacé quelques mots : le leader visionnaire prend la place du défricheur, les opérateurs autonomes remplacent les planteurs, les pilleurs sont remplacés par les ralentisseurs toxiques ... 

Peut-être que vous y reconnaitrez quelques per- sonnes, ou que vous verrez dans quelle catégorie vous vous situez ... 

https://thetrustedagency.com/wp-content/uploads/2022/09/NEWSLETTER-TTA-11.pdf

mercredi 31 août 2022

3 conférenciers Sense Agency à la REF22 du MEDEF


3 CONFERENCIERS A LA REF22 DU MEDEF : DAVID DJAîZ, NATACHA POLONY ET SYLVERE-HENRY CISSE


1ere journée à la #REF22 du #MEDEF avec 3 intervenants SENSE AGENCY , David Djaïz et Natacha Polony qui sont intervenus en plénière sur « l’avenir des démocraties » en compagnie de Thomas Gomart et de la Ministre Catherine Colonna.
Et mon ami Sylvère-Henry Cissé , modérateur du plateau « secret des licornes » avec Frederic Mazzela de Bla Bla Car. 







mardi 28 juin 2022

David Djaïz participait le 24 juin à l'Atelier Perimetropolitain sur le thème "Imaginer la ville en 2020"

 ATELIER PERIMETROPOLITAIN
"IMAGINER LA VILLE EN 2020"


Depuis 2015, la ville de Libourne se transforme à travers son projet d’aménagement urbain « Libourne 2025 – La Confluente ». Face aux évolutions sociétales et aux nouveaux enjeux du Libournais, il s’agit aujourd’hui de se projeter au-delà. 

Le 24 juin 2022, David Djaïz était invité à débattre  des nouvelles tendances qui se dessinent dans les villes moyennes et de leurs réalités complexes. 






jeudi 12 mai 2022

Grospiron, Pelous… les conférenciers sportifs, témoins des maux de l’entreprise... par Jules Thomas


D’anciennes gloires du sport sont invitées à faire passer les messages des manageurs - 12/05/2022 12:49 Le Monde

https://journal.lemonde.fr/data/2077/reader/reader.html?t=1652352452796#!preferred/0/package/2077/pub/2867/page/21/alb/129234 1/2

D’anciennes gloires du sport sont invitées à faire passer les messages des

manageurs.

 Fort de plusieurs centaines d’interventions dans des sociétés de tailles et de

secteurs multiples, Fabien Pelous, joueur le plus sélectionné en équipe de France de rugby

(1995-2007), sait de quoi il parle.

Depuis quelque temps, on sent que les collaborateurs ont besoin de se revoir en équipe après le

Covid-19. Avec le télétravail, on se heurte à un gros écueil pour générer de la solidarité entre

les personnes. »

« On fait appel à moi pour mettre l’accent sur la performance

collective. Le rugby, c’est associer toutes les fonctions et tous les gabarits pour aller vers un même

objectif. »

Si les champions peuvent devenir entrepreneurs ou salariés après leur retraite sportive, certains

capitalisent sur leur notoriété : depuis une dizaine d’années, les agences mettant en relation des

entreprises et des sportifs prospèrent. Les demandeurs sont souvent des grandes entreprises, comme

des constructeurs automobiles, des banques ou des cabinets de conseil,

, selon Mathieu Aboudaram, PDG de WeChamp, agence née il y a cinq ans.

« mais aussi de plus en plus de PME et de start-up »

Motivation, courage, travail en équipe, dépassement de soi, rebond après un échec… 


Les enjeux des entreprises rejoignent en de nombreux points ceux du sport. Champion olympique de ski de bosses à Albertville en 1992, Edgar Grospiron est le plus aguerri des conférenciers : il effectue quatre-vingts interventions par an depuis quinze ans, à 8 500 euros pièce.

Il s’est formé, à partir de 2001, au management et a appris les ressorts théoriques de la motivation au travail en étant formateur.

« Quand j’étais athlète, des sponsors m’ont demandé de raconter ma vie devant leurs équipes. J’ai trouvé ça valorisant, mais je ne voyais pas en quoi cela pouvait être un métier. »

« Dans un univers qui fait rêver »

En règle générale, l’intérêt purement managérial d’une conférence paraît limité.

raconte Fabien Pelous. « Je me suis formé sur le tas Je ne fais que traduire en terminologie d’entreprise ce que j’ai vécu dans le

sport. Attention, je ne peux pas répondre à toutes les problématiques : je ne vais pas inventer un propos

sur le télétravail, je n’ai c’est d’ouvrir des cases dans le cerveau sur des façons de manager. »

jamais fait de “télérugby”. Mon but,

En effet, l’essentiel est ailleurs : les intervenants, en personnalisant le management, peuvent transmettre

des messages que les manageurs n’arrivent plus à faire passer.

, explique Julien Pierre, maître de conférences en sociologie et management du sport à

l’université de Strasbourg. Le chercheur identifie trois fonctions dans le récit de ces sportifs :

« L’objectif du chef d’entreprise qui fait appel à un sportif est de développer un discours qui est sensiblement le même que le sien, mais dans un univers qui fait rêver les gens : il y a des soucis de résistance au changement et il souhaite susciter un déclic »

« Il y a

d’abord une logique confessionnelle : ils vont capter l’auditoire par la confidence, et créer un cocon où

des messages peuvent passer plus facilement ; une logique probatoire, c’est-à-dire qu’ils vont partager

leur méthodologie d’accès à la performance dans un environnement instable ; et, enfin, une fonction

romanesque : ils insistent sur le meilleur, le plus spectaculaire dans leur carrière, vous passent une

vidéo de leurs exploits. »

Avec l’expérience, les conférenciers apprennent à s’adapter à leur public : Edgar Grospiron

. Il identifie quatre cas de figure :

. , précise M. Pelous,

« demande à

l’entreprise où elle veut être dans un an » « L’entreprise en phase de

conquête, la boîte au top qui veut le rester, celle qui veut rebondir après une crise et celle qui veut lever

des résistances au changement » « Je demande le cadre de l’intervention si je  m’adresse à des manageurs, collaborateurs… Je parle beaucoup de management de proximité, du rôle du capitaine : c’est le responsable au milieu de son équipe, pas un top manageur. »

Ces deux dernières années, certaines problématiques ont pris le dessus, assure Mathieu Aboudaram,

Edgar Grospiron a dû se convertir aux conférences en visio.  constate l’ancien skieur.

« Les grandes thématiques sont le management hybride et l’esprit d’équipe car il y a beaucoup de difficultés au niveau du lien dans les entreprises. La résilience était numéro un pendant la pandémie. »

On sent les RH en galère.

"Le télétravail impacte positivement les collaborateurs, mais négativement les manageurs : à distance, et

ayant moins de temps, ils doivent être plus impactants. »

Au-delà de la pandémie, Fabien Pelous a vu émerger des tendances de fond. « Je remarque que des sujets

n’existaient pas il y a dix ans : l’équilibre entre temps de travail et vie privée, le sens du travail pour les

métiers de bureau où le numérique est prégnant… Ce qui manque aux gens, c’est la relation humaine.

C’est le travail du manageur. On dit dans le rugby que l’entraîneur doit être entraînant, fédérer à côté de

lui pour que les gens aient envie de faire des choses. C’est ça, le bonheur au travail, ce n’est pas une

colonie de vacances. »

Le retour à la normale – ou presque – entraîne un rebond des réservations, puisque les séminaires

peuvent repartir. L’opérateur télécoms indien Tata Communications a fait intervenir le skieur lors d’un

grand rassemblement de ses équipes européennes, à Paris, début avril, décrit Edouard de Voisins, directeur commercial France et Benelux.

« C’était notre premier rassemblement en présentiel en deux ans. Les Non-Français ne le connaissaient pas, mais un exploit sportif, ça parle à tout le monde. »

Si le geste peut sembler anecdotique, il n’en demeure pas moins un atout de marque employeur. 

« On offre de la reconnaissance aux salariés, qui vont rencontrer quelqu’un à qui ils n’auraient jamais eu accèss’ils n’avaient pas travaillé dans cette entreprise », conclut Julien Pierre.

vendredi 6 mai 2022

5 mai 2022 - David DjaÏz aux CJD Nantes-Atlantique

 Aux   et en format TedX, David Djaïzconférencier SENSE AGENCY appelle de ses vœux un nouveau modèle français, un nouveau récit, un nouveau pacte social entre l’Etat, les entreprises et les citoyens. 


Repenser demain ! 











jeudi 24 mars 2022

Conférence de Luc Ferry pour le laboratoire PIERRE FABRE

 Pour le laboratoire pharmaceutique Pierre Fabre Group , Luc Ferry conférencier SENSE AGENCY a dressé les perspectives post pandémie et les évolutions des domaines de la santé et du bien être. Comment concilier tradition et innovation, comment arriver à « guérir la vieillesse ». Passionnant comme toujours !





mardi 8 mars 2022

David Djaïz et Jérôme Fourquet

 9 mars 2022, Jean-Michel Dardour (CEO Sense Agency) organisait hier ! mars le duo de cette table ronde pour ENTREPRENDRE RESEAU HAUTE SAVOIR avec David Djaïz et Jérôme Fourquet, conférenciers Sense Agency. Les meilleurs experts des territoires !






mercredi 23 février 2022

DAVID DJAIZ et JEROME FOURQUET INTERVIENNENT EN DUO

 Le 8 mars, 2 conférenciers Sense Agency interviendront en duo lors d'un événement organisé par "Réseau Entreprendre en Haute-Savoie"


Haut fonctionnaire énarque et normalien, auteur de "Slow Démocratie", essai remarqué paru en 2019, David Djaïz prône dans son livre, "Le nouveau modèle français", une société" modernisée et ré-industrialisée en s’inspirant des grands plans de l’après-guerre menés par Jean Monnet. 


Après le succès phénoménal de «L’Archipel français», Jérôme Fourquet, directeur du service opinion Ifop, publie avec Jean-Laurent Cassely, «La France sous nos yeux» (Seuil), un ouvrage indispensable pour comprendre notre pays à la veille de la présidentielle.



jeudi 3 février 2022

Conférence Nicolas Vanier chez IAD

 CONFERENCE NICOLAS VANIER CHEZ IAD



Pour le Cap Management du groupement IAD , Nicolas Vanier est intervenu devant les 1.300 Managers sur l’esprit d’équipe, la force d’entreprendre et les enjeux environnementaux des 10 prochaines années. Avec Laurent Molin directeur Marketing et Malik Benrejdal le fondateur d’IAD